Mon avenir

Quelle croissance pour la France en 2022 ?

Quelle croissance pour la France en 2022 ?

En 2020-2021, près de 160 milliards d'euros ont été épargnés par les ménages français. Pour beaucoup d’économistes, cette « épargne Covid » pourrait être LE moteur de la croissance du pays en 2022. Décryptage.

Parlons peu, parlons chiffres

Depuis le début de la pandémie, les Français ont épargné l’équivalent de 8 % du produit intérieur brut du pays. Que ce soit à cause d’une consommation contrainte par les restrictions ou par crainte de l’avenir, force est de constater qu’une grande partie des ménages (ceux qui le pouvaient) ont thésaurisé. Or, « si les Français dépensaient 20 % de l'épargne accumulée pendant la crise sanitaire, la croissance du PIB atteindrait 6 % en 2022 », affirment les économistes de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) dans une étude parue fin 2021.

Les épargnants au cœur de l’attention

Utiliser une partie de son épargne pour consommer ou investir pourrait faire bondir la croissance de l’économie : tous les regards sont donc tournés vers les épargnants. « Transformer cette épargne en consommation ou en investissement dans les entreprises sera un des “défis” de la reprise économique », a jugé le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, en mars 2021. « Nous travaillons à des incitations qui permettraient aux Français de dépenser leur épargne et donc de participer à la relance économique ». Le 31 janvier 2022, c’est une croissance à 7 % qui est annoncée par le gouvernement.

 Le saviez-vous ? 80 % de l'épargne accumulée pendant la crise est détenue par 25 % des ménages les plus aisés en France.

Investir ou thésauriser : deux scénarios possibles

Dans le premier scénario de l’OFCE, les Français dépensent ou investissent 20 % de leur « épargne Covid », soit environ 28 milliards d’euros. Les économistes auteurs de l’étude tablent alors sur « une croissance du PIB à 6,2 % en 2022 ». Un scénario qu’ils jugent « plausible » dans la mesure où « cette épargne forcée par la crise est liquide et donc facilement mobilisable ». Dans leur second scénario, l’épargne n’est ni dépensée ni investie et « la croissance du PIB tourne autour de 4,3 % ». Alors, qu’est-ce qui va faire pencher la balance ? Pour François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, c’est « la confiance » qui sera déterminante pour que les ménages « transforment leur épargne en dépenses et en soutien plus direct de l’activité en 2022 ».

 Pour aller plus loin, découvrez le 6e baromètre Carac-Opinion Way sur « l’argent et l’entraide familiale » ici ! Vous pouvez également consulter les contrats d’assurance-vie proposés par la Carac :

Carac Épargne Patrimoine (tous publics)

Carac Épargne Génération (moins de 25 ans)

Explorer les sujets