Tous gagnants avec l'épargne solidaire

FINANCE SOLIDAIRE

L’épargne solidaire a déjà séduit plus d’un million d’épargnants, et ne cesse d’asseoir son essor. A quoi sert-elle ? Pourquoi y souscrire ? Et comment s’engager ? Réponses dans ce dossier.

La finance solidaire, un mouvement en marche

Alors que le modèle économique dominant montre ses dangers et ses limites depuis 2008, l’épargne solidaire s’avère être une alternative crédible, qui propose un projet économique au service de l’utilité sociale.

L'épargne solidaire existe depuis plus de 30 ans et a explosé en 2013

Apparue dans le milieu des années 1980 pour lutter contre le chômage et l’exclusion, l’épargne solidaire permet d’apporter un soutien financier à un organisme agréé exerçant une activité d’intérêt général. Si épargner était au début des années 2000 essentiellement l’apanage des militants associatifs, les chiffres montrent que la démocratisation de l’épargne solidaire est en marche. Depuis 2001, le nombre d’épargnants solidaires est passé de 39 000 à plus d’un million et l’encours a été multiplié par 19 pour atteindre 6,02 milliards d’euros fin 2013. Ainsi, le financement solidaire a progressé de 9% sur un an pour atteindre aujourd’hui 1,024 milliard.

Echaudés par la crise financière, les Français sont de plus en plus nombreux à vouloir donner un sens à leurs économies, et avec l’épargne solidaire, ils ont désormais la certitude de placer leur argent utilement. L’épargne solidaire s’adresse en effet à tous ceux qui souhaitent faire fructifier leur argent tout en s’inscrivant dans un cercle vertueux. L’épargnant qui opte pour ce type de contrat recherche une double rentabilité : sociale d’abord, car l’épargne finance des activités en faveur de publics ou territoires précarisés ; financière ensuite, puisque les placements solidaires, jugés particulièrement sûrs, offrent généralement un retour sur investissement et un dispositif fiscal avantageux. L’épargne solidaire satisfait donc à la fois le désir de solidarité des épargnants qui choisissent la cause qu’ils souhaitent soutenir (environnement, logement…), les besoins de financement des organismes solidaires (entreprises, associations, etc.) et leur propre besoin de faire fructifier leur épargne.

A noter que le moteur de cet essor est l'épargne salariale, qui depuis 2010, oblige les entreprises qui versent de l'intéressement ou de la participation à proposer à leurs salariés au moins un fonds d'épargne salariale solidaire.

L’épargne solidaire ne connait pas la crise

Alors que la plupart des placements sont ébranlés par la crise, l’épargne solidaire ne cesse de voir ses encours se développer. Au total, ces placements ont permis d’injecter un milliard d’euros dans l’économie solidaire en 2013. Concrètement, l’épargne solidaire a financé 2 300 entreprises en France, créé ou consolidé 22 000 emplois et assuré un logement à 3 500 personnes en grande précarité. Ces chiffres peuvent paraître dérisoires, mais ils ne cessent de croître : en dix ans, la finance solidaire a soutenu plus de 100 000 entreprises, conforté plus de 20 000 emplois non délocalisables et relogé près de 40 000 personnes. Dans le contexte de crise actuel qui a joué un rôle de catalyseur dans le développement de l’épargne solidaire, ce sont des signes

Prix coup de cœur du public 2013 des Grands Prix de la finance solidaire :

Organisé par Finansol et Le Monde, les Grands Prix de la finance solidaire ont pour objectif de mettre en lumière les entrepreneurs qui ont pu créer leur projet grâce au soutien de la finance solidaire. Depuis deux ans, les Grands Prix de la finance solidaire proposent aux internautes de décerner le Prix Coup de cœur du public à une toute jeune structure. En 2013, plus de 3 000 votants ont soutenu le café-restaurant lyonnais, le Court-Circuit, restaurant coopératif, écologique et solidaire, qui encourage la production locale, en rémunérant équitablement les producteurs. Ainsi, grâce au soutien de la finance solidaire, huit emplois ont été créés. 

A quoi sert l’épargne solidaire ?

L’épargne solidaire permet d’engager son argent au service de missions à caractère social. Ainsi, elle apporte la preuve que des projets économiques peuvent réussir sur le marché concurrentiel, tout en étant plus respectueux des personnes, de l’environnement et des territoires.

A financer des entreprises ou des associations à forte utilité sociale ou environnementale

La finance solidaire est au croisement de plusieurs courants de pensée qui portent, de différentes manières, une approche humaniste et responsable de l’articulation entre l’économie et le social. En plaçant tout ou en partie de votre argent sur un produit d’épargne solidaire, vous contribuez à résoudre les défis majeurs de notre société. La collecte d’épargne solidaire permet le financement d’entreprises et d’associations à fort impact social et ou environnemental. Ces structures agissent principalement sur quatre secteurs d’activité :

  • L’accès à l’emploi et création d’entreprises : insertion par l’activité économique, création d’entreprises par des personnes en situation de précarité, maintien d’emplois dans des zones rurales prioritaires… .
  • Le logement social : réhabilitation et construction de logements à destination de personnes en difficulté, accompagnement des personnes en situation d’exclusion. Face à l’accès à la propriété de plus en plus difficile, et le manque croissant de logements sociaux, la finance solidaire a su prouver qu’il était possible d’aider les personnes en difficulté à trouver un logement.
  • Les activités écologiques : développement d’activités respectueuses de l’environnement (agriculture biologique, énergies renouvelables…)
  • L’entrepreneuriat dans les pays en développement : microcrédits, commerce équitable…

L’aventure de l’épargne solidaire ne fait que débuter. Les entrepreneurs solidaires qui en bénéficient sont encore peu nombreux, et de nouvelles vocations apparaissent tous les jours, notamment dans les jeunes générations qui souhaitent allier professionnalisme et quête de sens, un juste équilibre entre rentabilité et utilité.

A soutenir les porteurs de projets qui ne trouvent pas de financement dans le circuit classique

L’épargne solidaire ajoute une dimension éthique aux placements traditionnels au moyen de circuits financiers reliant les épargnants et les porteurs de projets.

Elle permet ainsi de financer des projets qui ne trouvent pas, ou pas suffisamment, de financements dans le parcours financier classique.

Sans l’épargne solidaire, de nombreux projets générant une plus-value pour la collectivité ne pourraient pas voir le jour faute de soutien dans les circuits bancaires habituels. En effet, la grande particularité des structures solidaires face aux circuits des financements traditionnels est d'avoir saisi l’ampleur de l'accompagnement des créateurs. Loin de la vision simpliste des banques qui opposent " bons " et " mauvais " dossiers, il existe une masse de projets qui, une fois mieux définis, sont viables. Ainsi, le rôle des structures solidaires ne se cantonnent pas au financement,  elles accompagnent et soutiennent des projets qui n'entrent pas en général dans les grilles habituelles des financeurs.   

A proposer une alternative à l’épargne classique

Parfois aussi rentable que l’épargne classique, l’épargne solidaire s’avère être une alternative tout à fait crédible qui propose différentes formes de placements financiers ; notamment les livrets d’épargne, l’assurance vie, les OPCVM. Par exemple, le fonctionnement d’un livret d’épargne solidaire, qu’il soit d’investissement solidaire, de financement solidaire ou de partage, est sensiblement le même que celui des livrets d’épargne classiques : le taux de rémunération est brut de fiscalité, les intérêts sont donc soumis à taxation et aux prélèvements sociaux de 15,5%. Chaque livret solidaire est ouvert à toutes les bourses et répond la plupart du temps aux même exigences que des placements plus classiques ; en général une dizaine d’euros, et un plafond de versements, variable selon l’organisme. Un avantage fiscal peut être associé selon le produit détenu. Après être restée longtemps confinée à de petits cercles d’initiés, l’épargne solidaire creuse son sillon dans l’esprit et le portefeuille de plus en plus de Français.

Investissement solidaire et partage, les deux mécanismes de solidarité

  1. L’investissement solidaire est une forme d’épargne solidaire dans laquelle tout ou partie de l’argent placé par l’épargnant est investi dans des projets à forte utilité sociale et/ou environnementale.
  2. L’épargne de partage est une forme d’épargne solidaire dans laquelle tout ou partie de la rémunération tirée d’un produit d’épargne est consacrée sous forme de don à un organisme menant des activités à forte utilité sociale et/ou environnementale et habilité à recevoir des donc (associations, fondations). Les dons provenant des produits d’épargne de partage permettent aux associations bénéficiaires de collecter de nouvelles ressources et d’élargir le cercle de leurs donateurs.

Pourquoi épargner solidaire ?

Les motivations des épargnants solidaires sont diverses et variées : contribuer au développement économique de proximité, choisir une finance transparente et profiter d’avantages fiscaux associés sont les plus souvent citées. A chacun de se faire une idée.

Pour faire fructifier ses économies en s’inscrivant dans un cercle vertueux. Un placement militant… et profitable

L’épargnant solidaire apparaît sous les traits d’un homme, âgé de 46 ans, habitant l’île de France, et investissant en moyenne 4 306 € sur des produits solidaires.  Ne négligeant pas la performance financière, ce dernier a vocation à donner une dimension sociale à ses investissements. En effet, l'épargne solidaire est une manière engagée de placer son argent. Elle permet aux personnes exclues du système financier classique de trouver des financements pour mener à bien leurs projets. Ainsi, l’épargne solidaire investit dans la création de petites ou micro-entreprises par ou pour des personnes en difficulté. Elle finance principalement des activités associatives et culturelles dans des quartiers marginalisés, l’achat ou la réhabilitation de logements pour des familles en situation précaire et le développement d’activités économiques dans les pays du Sud.

Pour la transparence et la traçabilité

Avec l’épargne solidaire, vous décidez de l’affectation de votre argent. Vous savez pour quel usage réel et utile il se rend disponible. Pour que les épargnants puissent distinguer les produits d'épargne solidaire des autres produits financiers classiques, le label Finansol est la seule plate-forme française solidaire qui garantisse la solidarité et la transparence d’un produit financier. Il assure la traçabilité des placements et veille au respect des critères étiques.

Pour les avantages fiscaux

Les épargnants qui font le choix d’épargner solidaire le font par conviction. Mais cerise sur le gâteau, les avantages fiscaux comptent aussi. Voici un rappel des principaux avantages par type de placement solidaire :

Les produits d’investissements solidaires

Un épargnant solidaire ayant investi dans des entreprises non cotées peut déduire de ses impôts 18% de la somme qu’il a confiée (plafonnée à 10 000 euros). Une limite annuelle est cependant à prendre en compte : 50 000 euros pour un célibataire et 100 000 euros pour un couple. Attention, cet avantage fiscal ne peut s’appliquer que si l’épargnant perpétue son investissement sur au moins cinq années. S’il est assujetti à l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), la réduction d’impôt est égale à 50% du versement (plafonnée à 45 000 euros).

Bon à savoir : cet avantage fiscal concerne également les entreprises qui font des dons à un organisme d’intérêt général. Elles peuvent en effet déduire 60% de leur impôt sur les sociétés dans la limite de 5% de leur chiffre d’affaire annuel.

Les produits de partage

La fiscalité appliquée est celle du don. Opter pour l'épargne de partage offre au contribuable une réduction sur l'impôt sur le revenu de 66 % de la somme donnée. La valeur de cette déduction ne doit pas excéder 20 % du revenu imposable. La réduction peut atteindre 75 % si l'épargne transmise est destinée à des organismes d’aide aux personnes en difficulté. Dans ce cas, le plafond est fixé à 526 euros pour les effectués en 2014.

Exemple : Clarisse et Raphaël ont des économies qu’ils souhaiteraient faire fructifier en soutenant une action à caractère social. En allant à leur banque, ils optent pour un produit d’épargne dans lequel ils donneront alors au moins 25% de leur rémunération à l’association de leur choix. De plus, 66% de la somme donnée bénéficie de la réduction d’impôt sur le revenu. Ainsi, si 2000 euros représentent l’ensemble des intérêts sur une année, 25% (soit 500 euros) iront à l’organisme solidaire de prédilection, avec une réduction d’impôt de 330 euros pour le couple.

L’épargne solidaire

Comme pour l’épargne salariale classique, en investissant sur un Fonds Comme de Placement d’Entreprise Solidaire (FCPES), les versements d’un salarié sont totalement exonérés d’impôt sur le revenu, au même titre que les plus-values, qu’ils proviennent de l’intéressement, de la participation ou de tout autre versement à condition qu’ils soient placés sur un plan d’épargne entreprise (PEE), plan d’épargne interentreprise (PEI) durant 5 ans au minimum, ou jusqu’à la retraite sur un plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO), saut sir le déblocage anticipé est autorisé.

 

 

Comment épargner solidaire ?

L’épargne solidaire vous intéresse et vous envisagez de souscrire un contrat, mais vous ne savez pas comment procéder ni à qui vous adresser ? Devenir épargnant solidaire, c’est facile et accessible à tous. Suivez le guide.

Identifier les actions ou les entreprises que l’on souhaite soutenir

Apparue dans un contexte de chômage de masse, l’épargne solidaire était à l’origine le fait de quelques militants. Soucieux de venir en aide aux personnes n’ayant pas accès au crédit bancaire classique, les épargnants partageaient une partie de leurs économies avec les porteurs de projets désirant créer leur propre entreprise. Désormais le domaine de l’épargne solidaire s’est élargi et tend à devenir un outil de création de lien social et de cohésion territoriale. Ainsi, les types d’initiatives soutenues sont aujourd’hui assez variés.

Quatre grands secteurs sont concernés :

  • L’emploi par l’insertion dans l’activité économique de personnes en situation de précarité
  • Les activités sociales et le logement à des familles en difficulté
  • L’environnement tel que la commercialisation de produits biologiques ou équitables
  • La solidarité internationale avec des financements aux entrepreneurs exclus des circuits bancaires, dans une centaine de pays du Sud et de l’Est.

Comme chaque année depuis 1995, l’association Finansol permet d’identifier les produits financiers solidaires commercialisés en France (135 en 2013).

Choisir un ou plusieurs placements solidaires

Les placements solidaires sont des instruments financiers qui servent à investir dans l’épargne solidaire dont les critères de choix reposent sur les valeurs de solidarité économique et sociale. Concrètement, un produit d’épargne solidaire est un support d’épargne « classique » auquel est ajouté au moins un mécanisme de solidarité.

Plusieurs types de placements solidaires sont accessibles aux épargnants :

  • L’épargne de partage propose un mécanisme de solidarité, dont la rémunération est réservée sous forme de don à un organisme menant des activités d’intérêt général (associations, fondations).
  • Les produits d’investissement solidaire permettent d’investir une partie ou la totalité du capital pour financer des activités à forte utilité sociale ou environnementale, ignorées par les investisseurs classiques. Les fonds solidaires (FCP, Sicav, …) les plus répandus sont appelés « fonds 90/10 ». Ainsi, 90 % des sommes déposées sont investies en titre cotés et sélectionnés selon les critères  de l’investissement socialement responsable (ISR) ; les 10 % restants sont investis dans des entreprises solidaires, absentes des marchés financiers traditionnels.
  • L’épargne salariale solidaire permet aux salariés d’une entreprise de placer une partie de leur épargne salariale sur un fonds solidaire. Ces fonds sont appelés Fonds Commun de Placement d’Entreprise Solidaire (FCPES). Depuis 2010, tout plan d’épargne entreprise (PEE), plan d’épargne interentreprise (PEI) et d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) ont pour obligation de proposer au moins un FCPES.

Le label Finansol, l’indispensable gage de crédibilité :

Le label Finansol a été créé en 1997 pour distinguer les produits d’épargne solidaire des autres produits d’épargne auprès d’un grand public. Unique en France, il garantit l’éthique, la transparence, et la solidarité des produits. Il distingue les placements d’épargne qui répondent avec exactitude aux critères et exigences de la finance solidaire.

Choisir un organisme

Les épargnants qui choisissent d’épargner solidaire ont la possibilité d’emprunter un ou plusieurs circuits d’investissement :

Les banques et les mutuelles d’épargne ou d’assurance

Parmi les gestionnaires de l’épargne solidaire, on retrouve les banques et les mutuelles d’assurance qui proposent deux options :

  • Partager 25 à 100% de la rémunération perçue sur un produit d’épargne solidaire avec l’association de son choix.
  • Investir tout ou en partie l’argent placé dans des projets à forte utilité sociale et ou environnementale.

Certains organismes proposent à la fois l’investissement et le partage.

Son entreprise

Toutes les entreprises permettant à leurs salariés de souscrire un plan d’épargne entreprise (PEE) ou interentreprise (PEI), ou plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) sont aujourd’hui dans l’obligation de proposer au moins un fonds solidaire parmi l’ensemble des fonds proposés.

Devenir actionnaire d'une entreprise solidaire

En souscrivant au capital d’une entreprise solidaire, la majorité des bénéfices collectés sera réinvestie dans l’activité de l’établissement préalablement choisi.

Il est possible de devenir actionnaire d’une entreprise solidaire en direct ou de façon indirecte, via l’intermédiaire de financeurs solidaires.

Pour plus d’informations sur la finance solidaire et les différents produits du marché, vous pouvez consulter le site : http://www.finansol.org/

Qu’est qu’une entreprise solidaire d’utilité sociale ?

Il s’agit d’une entreprise respectant les principes de gestion de l’économie sociale et solidaire (ESS) et dont l’objectif principal est de produire des biens ou des services ayant une forte utilité sociale et/ou environnementale.

Ce type d’entreprise apporte un soutien à un public fragilisé, elle contribue à lutter contre les inégalités et à éduquer à la citoyenneté et au développement durable.

Quel que soit son statut (statut de l’ESS : association, fondation, coopérative et mutuelle ou de droit commercial), l’entreprise qui répond à ces critères, nouvellement redéfinis par la loi relative à l’économie sociale et solidaire du 31 juillet 2014, pourra être agrée pour 5 ans par la préfecture et ainsi prétendre à recevoir de l’épargne solidaire.

Les associations reconnues d’utilité publique, les entreprises d’insertion ou encore les organismes de logement de personnes sans domicile, bénéficient de plein droit de cet agrément.

Recevoir votre guide
  • Des solutions épargne et retraite parmi les plus performantes du marché grâce à une gestion rigoureuse depuis près d'un siècle.

  • Un accompagnement personnalisé tout au long de votre vie. Nos équipes à taille humaine ont à cœur de mieux vous connaître pour mieux vous conseiller.

  • Des investissements durables et responsables en lien avec l’économie réelle, qui donnent du sens à votre épargne.