Exercice périlleux que celui de 2017 où de nombreux facteurs contextuels, économiques et réglementaires ont pesé. Citons en particulier l’impact des élections présidentielles françaises, la faible inflation, les contraintes réglementaires fortes et les taux d’intérêt toujours au plus bas et un contexte fiscal incertain. Toutefois, l’accélération de la croissance économique a eu une incidence positive sur les marchés financiers.

Des adhérents à l’image de la mutuelle : en pleine évolution

Face aux dispositions réglementaires qui se sont renforcées, la mutuelle s’adapte et s’engage dans un programme d’optimisation des relations avec ses adhérents, au cœur du dispositif. La première étape est de mieux les connaître pour mieux les accompagner.

9 500 nouveaux adhérents ont rejoint la Carac en 2017 et 66 % des contrats souscrits l’année dernière l’ont été par un nouvel adhérent. La mutuelle poursuit ainsi son ouverture à de nouvelles populations et confirme l’évolution du profil de ses adhérents. En effet, 58 % des nouveaux adhérents sont des femmes avec une moyenne d’âge à l’adhésion de 55 ans, 42 % des nouveaux adhérents sont des hommes avec une moyenne d’âge de 43 ans.

De plus, les adhérents de la Carac continuent à faire confiance à leur mutuelle puisqu’ils sont 50 923 à détenir plus d’une garantie. Cette tendance constitue une orientation très positive et confirme la pertinence des nouvelles offres.

Le nombre de garanties gérées a continué de croître tout au long de l’année. Au 31 décembre 2017, la Carac en comptait 412 483.

Un chiffre d’affaires dont la composition change et se diversifie

Pour s’adapter aux contraintes des marchés financiers, la mise en œuvre du plan stratégique 2015-2024 se poursuit par la recomposition du chiffre d’affaires de la Carac notamment sur les contrats multisupports et par une modération volontaire de la collecte sur les produits d’assurance vie en euros. Cette modération pilotée explique le léger fléchissement des cotisations (brutes de chargements et nettes d’annulation) par rapport à 2016 (538,4 millions d’euros) : 518,5 millions d’euros en 2017.

La Carac accompagne ses adhérents vers une diversification de ses placements selon le profil de risque.

En 2017, 33 % des nouvelles garanties souscrites sont des contrats Carac Profiléo. Les contrats multisupports passent devant le Compte Ėpargne Carac (21,26 %) et le Compte Ėpargne Famille (13,54 %). Cette tendance devrait se confirmer en 2018, d’autant plus que Carac Profiléo sera renforcé par l’ajout de trois nouvelles Unités de Compte, dont Silver Age, un fond commun de placement, qui bénéficie d’une thématique porteuse, le vieillissement de la population, en investissant dans des sociétés européennes à fort potentiel.

Les partenariats de distribution sont aussi au cœur de la stratégie de diversification du profil des adhérents et du chiffre d’affaires. Pour preuve, l’apport significatif de l’accord noué en 2016 avec le Crédit Coopératif, à la fois sur l’épargne solidaire (17 558 248 € de chiffre d’affaire) et sur l’épargne Handicap (958 651 € de chiffre d’affaire) qui a pris son essor au 2nd semestre 2017.

Des fonds propres régulièrement renforcés, gages de pérennité

Lors de son Assemblée générale de juin 2018, la Carac a décidé de poursuivre le renforcement de ses fonds propres en y affectant le résultat de l’exercice 2017 (64,7 millions d’euros).

La mutuelle a également doté sa provision pour participation aux excédents, laquelle s’élève à 228,2 millions d’euros.

Cette réserve est une preuve de solidité et témoigne de la capacité de la mutuelle à lisser dans le temps les bonifications versées aux adhérents (+24,6 millions d’euros en un an).

« Une mutuelle qui renforce sa solidité et anticipe l’avenir. Une situation financière remarquable et des fonds propres qui dépassent le milliard d’euros. Un résultat net 2017 de 64,7 millions d’euros, mais également des prévisions sur cinq ans qui confortent notre capacité à tenir nos engagements et nous permettent d’investir pour préparer l’avenir de notre mutuelle. » résume Jean-Jacques Berthelé, dirigeant opérationnel et directeur général de la Carac.

Une politique d’investissement de plus en plus adaptée

La Carac place la majeure partie de son portefeuille d’actifs en obligations. Toutefois, les rendements de ces produits sont en baisse depuis quelques années, en raison de la politique menée par les différentes banques centrales à travers le monde. Afin de compenser cette baisse, la mutuelle a adapté sa stratégie au contexte en renforçant son exposition à la dette d’entreprise, tout en maîtrisant sa qualité de crédit et a allongé la maturité moyenne de ses achats obligataires en 2017.

Les produits nets des placements s’élèvent au 31 décembre 2017 à 362,9 millions d’euros.

 

Synthèse de l’exercice 2017 

2017

2016

Cotisations brutes

518,5 millions d’euros

538,4 millions d’euros

Nombre de garanties

412 483

412 301

Produits nets des
placements financiers

362,9 millions d’euros

340,4 millions d’euros

Situation des actifs (en valeur de marché)

12,1 milliards d’euros

11,6 milliards d’euros

Stock de la provision pour
participation aux excédents

228,2 millions d’euros

203,6 millions d’euros

Fonds propres
dont
Montant de la réserve de capitalisation

1 029,5 millions d’euros
203,7 millions d’euros

962,7 millions d’euros
201,5 millions d’euros

Résultat net

64,7 millions d’euros

57 millions d’euros

Une gouvernance renforcée

Le Conseil d’administration de la Carac a réélu le 21 juin dernier Claude Tarall en tant que Président. Il sera accompagné au cours de ce 4e mandat par Thierry Dauta-Gaxotte, réélu au poste de premier Vice-président et Christophe Bayard élu second Vice-président. Une nouveauté cette année !

Dès son discours d’introduction à l’Assemblée générale, Claude Tarall a affirmé son ambition de rendre la gouvernance mutualiste de la Carac toujours plus efficace et dynamique à l’aube de son 95e anniversaire, dans une conjoncture réglementaire et fiscale mouvementée.

Rapport annuel 2017