Identifier les actions ou les entreprises que l’on souhaite soutenir

Apparue dans un contexte de chômage de masse, l’épargne solidaire était à l’origine le fait de quelques militants. Soucieux de venir en aide aux personnes n’ayant pas accès au crédit bancaire classique, les épargnants partageaient une partie de leurs économies avec les porteurs de projets désirant créer leur propre entreprise. Désormais le domaine de l’épargne solidaire s’est élargi et tend à devenir un outil de création de lien social et de cohésion territoriale. Ainsi, les types d’initiatives soutenues sont aujourd’hui assez variés.

Quatre grands secteurs sont concernés :

  • L’emploi par l’insertion dans l’activité économique de personnes en situation de précarité
  • Les activités sociales et le logement à des familles en difficulté
  • L’environnement tel que la commercialisation de produits biologiques ou équitables
  • La solidarité internationale avec des financements aux entrepreneurs exclus des circuits bancaires, dans une centaine de pays du Sud et de l’Est.

Comme chaque année depuis 1995, l’association Finansol permet d’identifier les produits financiers solidaires commercialisés en France (135 en 2013).

Choisir un ou plusieurs placements solidaires

Les placements solidaires sont des instruments financiers qui servent à investir dans l’épargne solidaire dont les critères de choix reposent sur les valeurs de solidarité économique et sociale. Concrètement, un produit d’épargne solidaire est un support d’épargne « classique » auquel est ajouté au moins un mécanisme de solidarité.

Plusieurs types de placements solidaires sont accessibles aux épargnants :

  • L’épargne de partage propose un mécanisme de solidarité, dont la rémunération est réservée sous forme de don à un organisme menant des activités d’intérêt général (associations, fondations).
  • Les produits d’investissement solidaire permettent d’investir une partie ou la totalité du capital pour financer des activités à forte utilité sociale ou environnementale, ignorées par les investisseurs classiques. Les fonds solidaires (FCP, Sicav, …) les plus répandus sont appelés « fonds 90/10 ». Ainsi, 90 % des sommes déposées sont investies en titre cotés et sélectionnés selon les critères  de l’investissement socialement responsable (ISR) ; les 10 % restants sont investis dans des entreprises solidaires, absentes des marchés financiers traditionnels.
  • L’épargne salariale solidaire permet aux salariés d’une entreprise de placer une partie de leur épargne salariale sur un fonds solidaire. Ces fonds sont appelés Fonds Commun de Placement d’Entreprise Solidaire (FCPES). Depuis 2010, tout plan d’épargne entreprise (PEE), plan d’épargne interentreprise (PEI) et d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) ont pour obligation de proposer au moins un FCPES.

Le label Finansol, l’indispensable gage de crédibilité :

Le label Finansol a été créé en 1997 pour distinguer les produits d’épargne solidaire des autres produits d’épargne auprès d’un grand public. Unique en France, il garantit l’éthique, la transparence, et la solidarité des produits. Il distingue les placements d’épargne qui répondent avec exactitude aux critères et exigences de la finance solidaire.

Choisir un organisme

Les épargnants qui choisissent d’épargner solidaire ont la possibilité d’emprunter un ou plusieurs circuits d’investissement :

Les banques et les mutuelles d’épargne ou d’assurance

Parmi les gestionnaires de l’épargne solidaire, on retrouve les banques et les mutuelles d’assurance qui proposent deux options :

  • Partager 25 à 100% de la rémunération perçue sur un produit d’épargne solidaire avec l’association de son choix.
  • Investir tout ou en partie l’argent placé dans des projets à forte utilité sociale et ou environnementale.

Certains organismes proposent à la fois l’investissement et le partage.

Son entreprise

Toutes les entreprises permettant à leurs salariés de souscrire un plan d’épargne entreprise (PEE) ou interentreprise (PEI), ou plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) sont aujourd’hui dans l’obligation de proposer au moins un fonds solidaire parmi l’ensemble des fonds proposés.

Devenir actionnaire d'une entreprise solidaire

En souscrivant au capital d’une entreprise solidaire, la majorité des bénéfices collectés sera réinvestie dans l’activité de l’établissement préalablement choisi.

Il est possible de devenir actionnaire d’une entreprise solidaire en direct ou de façon indirecte, via l’intermédiaire de financeurs solidaires.

Pour plus d’informations sur la finance solidaire et les différents produits du marché, vous pouvez consulter le site : http://www.finansol.org/

Qu’est qu’une entreprise solidaire d’utilité sociale ?

Il s’agit d’une entreprise respectant les principes de gestion de l’économie sociale et solidaire (ESS) et dont l’objectif principal est de produire des biens ou des services ayant une forte utilité sociale et/ou environnementale.

Ce type d’entreprise apporte un soutien à un public fragilisé, elle contribue à lutter contre les inégalités et à éduquer à la citoyenneté et au développement durable.

Quel que soit son statut (statut de l’ESS : association, fondation, coopérative et mutuelle ou de droit commercial), l’entreprise qui répond à ces critères, nouvellement redéfinis par la loi relative à l’économie sociale et solidaire du 31 juillet 2014, pourra être agrée pour 5 ans par la préfecture et ainsi prétendre à recevoir de l’épargne solidaire.

Les associations reconnues d’utilité publique, les entreprises d’insertion ou encore les organismes de logement de personnes sans domicile, bénéficient de plein droit de cet agrément.