Nous recommandons de souscrire à ce type de garanties lorsque trois types de besoins apparaissent : le besoin de limiter la perte de revenus du conjoint survivant et ainsi maintenir le train de vie de la famille, financer les droits de succession des enfants, ou garantir la bonne réalisation d’un projet d’épargne (financement des études des enfants…), dont les versements s’arrêteraient au décès d’un des membres du couple.

Illustration

Exemple d’un couple de salariés non cadres de 40 ans avec deux enfants, marié sous le régime de la communauté légale, propriétaire de sa résidence principale avec les hypothèses suivantes :

  • Monsieur et madame Martin touchent chacun 2 500 euros par mois de revenus professionnels.
  • Monsieur et madame Martin ont acheté ensemble leur résidence principale d’une valeur de 300 000 euros et remboursent un emprunt de 1500 euros par mois assuré à hauteur de 50 % sur chaque tête.
  • Leur impôt sur le revenu coûte 100 euros par mois au couple et ont 500 euros par mois de charges fixes (taxe foncière, d’habitation, électricité, assurances…).
  • Leurs dépenses courantes mensuelles sont estimées à 2 900 euros (transport, alimentation, habillement, loisirs…),
  • Monsieur et Madame Martin détiennent chacun un contrat d’assurance vie avec respectivement 25 000 euros sur chaque contrat.

Selon nos estimations, les dépenses mensuelles estimées pour assurer le train de vie de la famille en cas de décès d’un des conjoints s’élèveraient à 3520 euros alors que le revenu du conjoint survivant resterait à 2500 euros par mois, soit un découvert mensuel estimé de 1020 euros.

Pour assurer le train de vie de la famille en cas de décès d’un des conjoints pendant 6 ans, le besoin en couverture prévoyance s’élèverait ainsi à 73 440 euros.

Pour être couvert en cas de décès d’un des conjoints à hauteur de 80 000 euros, avec la solution Carac Temporal, Monsieur et Madame Martin auraient à s’acquitter d’une cotisation mensuelle de 21,04 euros.

Simulation non contractuelle