Quid de votre PERP ?

 
Avec la mise en place du prélèvement à la source en 2019, les revenus perçus en 2018 ont échappé à l’impôt. L’administration fiscale vous a accordé ainsi un crédit d’impôt exceptionnel égal à l’impôt dû. Vous n’avez donc rien eu à payer. Conséquence de cette année fiscale « blanche », les sommes versées sur votre plan d’épargne retraite populaire (Perp) en 2018 ne vous ont procuré aucun avantage fiscal. En pratique, toutefois, vous aviez en 2018 tout intérêt à continuer à épargner pour votre retraite, pour au moins trois raisons…

Raison n°1 : Réduire l’impôt sur vos revenus exceptionnels de 2018

Seul l’impôt dû sur vos revenus courants ou ordinaires de 2018 a été effacé par l’administration fiscale. En revanche, si vous avez perçu des revenus considérés comme exceptionnels, ils resteront imposables en 2019. L’impôt correspondant devra être payé à la fin de l’année prochaine. Par exemple, si vous avez reçu une prime non prévue par votre contrat de travail en 2018, elle sera imposée en 2019. De même, si vous avez été licencié ou mis à la retraite cette année, la fraction imposable de vos indemnités restera taxée.

Dans tous ces cas, alimenter votre Perp en 2018 permettait de réduire la note à payer à l’administration fiscale en 2019. En effet, en 2019, vos versements seront déductibles de votre revenu global de 2018 (dans certaines limites). Cela permettra de diminuer le montant de votre revenu exceptionnel imposable.

Raison n°2 : Eviter d’être pénalisé en 2019

Une règle « anti-abus » a été créée. Ainsi, les sommes épargnées sur votre Perp en 2019 seront déductibles de vos revenus uniquement à hauteur de la moitié des versements faits sur votre plan en 2018 et en 2019. Cette limite spécifique de déduction s’appliquera si, d’une part, les sommes versées en 2019 sont supérieures à celles versées en 2018 et si, d’autre part, celles versées en 2018 sont inférieures à celles versées en 2017.

Raison n°3 : Préparer votre retraite dans la durée

Continuer à épargner sur le Perp vaut au-delà de l’aspect fiscal. Le Perp est un produit d’épargne retraite destiné à vous constituer une retraite supplémentaire à titre individuel. A terme, il vous permettra de percevoir un capital et/ou une rente viagère pour compenser la baisse de vos revenus au moment de la retraite. Il est donc essentiel de l’alimenter régulièrement durant votre vie active, en particulier si vous avez souscrit votre Perp sur le tard (après 50 ans). A défaut, les sommes récupérées à la sortie du plan ne permettraient pas de maintenir votre niveau de vie.

 

Épargne retraite : quel est le plafond de déduction ?

Les sommes versées sur un Perp sont déductibles de votre revenu imposable à hauteur de 10 % de vos revenus professionnels de l’année précédente (dans la limite de 31 382 € en 2018). Si vous n’avez pas ou peu de revenus professionnels, elles sont déductibles à hauteur de 3 923 € en 2018.

Le plafond de déduction non utilisé une année est reportable pendant trois ans. Par ailleurs, dans les couples mariés ou pacsés, chaque conjoint peut ajouter à son propre plafond annuel de déduction la part du plafond de l’autre conjoint que ce dernier n’a pas utilisé.

Enfin, les contribuables domiciliés à l’étranger pendant au moins trois ans bénéficient d’un avantage spécifique l’année de leur retour en France. Les versements faits sur leur plan cette année-là sont déductibles de leur revenu imposable à hauteur de 4 fois leur plafond annuel de déduction.