DEPENDANCE

Comment prendre en charge sa perte d’autonomie ?

La France vieillit. Grâce aux progrès médicaux et à l’augmentation de l’espérance de vie qui en découle, un tiers des Français aura plus de 60 en 2060, selon les projections du ministère des Affaires sociales et de la Santé. A cette date, quelques 5 millions de nos compatriotes auront plus de 85 ans, soit près de cinq fois plus qu’aujourd’hui !

S’il s’agit a priori d’une bonne nouvelle, il faut avoir conscience que le risque de perte d’autonomie s’accroît avec l’âge. Ainsi, si vous avez des chances de vivre plus longtemps, sachez que vous risquez davantage statistiquement de devenir dépendant, c’est-à-dire d’avoir besoin de l’assistance d’une tierce personne durant la dernière partie de votre vie. Or, s’il existe des aides financières publiques destinées à la prise en charge de la dépendance, le reste à payer demeure important.
 
D’après une étude de l’UFC-Que Choisir publiée le 21 avril 2016, les personnes âgées dépendantes vivant chez elles doivent débourser de leur poche, une fois les aides déduites, en moyenne 600 euros par mois pour financer les services à domicile (aide-ménagère, livraison de repas ou de courses alimentaires…) dont elles ont besoin. La note peut grimper jusqu’à 6.000 euros par mois dans certains cas, selon l’association de consommateurs. En ce qui concerne l’hébergement en établissement spécialisé, la facture est généralement encore plus lourde. Pour éviter à ses proches de devoir assumer ce fardeau financier, mieux vaut donc préparer sa potentielle perte d’autonomie.

Comment prendre en charge sa perte d’autonomie ?