Le salaire annuel moyen

Si vous êtes salarié, la caisse de retraite retient les 25 années où vous avez perçu les rémunérations les plus élevées. Ces rémunérations sont retenues dans la limite du plafond annuel de la Sécurité sociale, puis elles sont revalorisées par application d’un coefficient spécifique. Leur moyenne, appelée Salaire Annuel Moyen (SAM), constitue la base de calcul de votre pension.

Le taux de liquidation

Votre Salaire Annuel Moyen est ensuite multiplié par le taux de liquidation de votre pension de retraite. Vous avez droit au taux maximum de 50 %, ou « taux plein », si vous êtes dans l’une des situations suivantes :

  • vous avez atteint l'âge légal de départ à la retraite, soit 62 ans (pour les actifs nés à partir de 1955), et justifiez d’une durée minimum d’assurance pour la retraite (entre 166 et 172 trimestres selon votre date de naissance),
  • vous avez atteint l'âge de la retraite à taux plein automatique, soit 67 ans (pour les actifs nés à partir de 1955),
  • vous remplissez les conditions pour bénéficier d’une retraite anticipée pour carrière longue, carrière pénible ou handicap,
  • vous êtes reconnu inapte au travail entre l'âge légal de la retraite et l'âge du taux plein.

Si vous ne justifiez pas du nombre de trimestres requis, le taux de liquidation de votre retraite subira une décote, fonction du nombre de trimestres manquants plafonnés à 20 trimestres. Le taux de liquidation pourra alors chuter au maximum à 37,5 %.

La durée d’assurance

Le montant obtenu en multipliant votre Salaire Annuel Moyen par le taux de liquidation de votre pension sera réduit d’un coefficient de proratisation si vous n’avez pas validé le nombre de trimestres requis pour votre génération au moment de votre départ en retraite (entre 166 à 172 trimestres selon votre année de naissance). Dans ce cas, votre retraite sera réduite par application d’un coefficient correspondant au rapport entre le nombre de trimestres validés et le nombre exigé pour votre génération. Notez toutefois que des trimestres sont accordés aux actifs pour certaines périodes non cotisées de leur carrière (maladie, maternité, chômage indemnisé, service militaire, éducation des enfants…).

Le mécanisme de la surcote

Si vous remplissez les conditions pour bénéficier d’une retraite à « taux plein » (âge légal et nombre de trimestres) mais que vous continuez de travailler, chaque trimestre supplémentaire cotisé vous donnera droit à une majoration de votre retraite de base de 1,25 % lorsque vous la liquiderez. Par exemple, si vous êtes né en janvier 1956 et aviez déjà validé 166 trimestres pour la retraite le jour de vos 62 ans, votre retraite sera majorée 5 % si vous travaillez jusqu’à votre 63e anniversaire et validez ainsi 4 trimestres de plus que le nombre requis pour votre génération.