La Retraite Mutualiste du Combattant : à qui s’adresse-t-elle ?

Initialement réservée aux Anciens combattants et Victimes de guerre au titre du droit à réparation pour services rendus à la Nation, la Retraite Mutualiste du Combattant est également ouverte, depuis plusieurs années, aux militaires en activité ayant effectué, pendant au moins 90 jours consécutifs ou non, une Opération Extérieure (OPEX), qui figure sur la liste des conflits ouvrant droit au Titre de reconnaissance de la nation ou à la Carte du Combattant mise à jour chaque année au Journal Officiel.

La Retraite Mutualiste du Combattant : ses avantages

L’adhésion à la Retraite Mutualiste du Combattant est gratuite. Sans limite d’âge, elle ne nécessite aucune formalité médicale.

Les versements effectués sur le contrat sont intégralement déductibles du revenu imposable dans la limite de la législation en vigueur.

Selon l’établissement financier auprès duquel la Retraite Mutualiste du Combattant est souscrite, un taux de bonification peut être appliqué sur l’encours du contrat. Le taux est calculé en fonction des excédents techniques et financiers de l’établissement.

Pendant la phase de perception de la rente, la fiscalité des rentes viagères constituées à titre onéreux s’applique. Si la rente ne dépasse pas le plafond de rente majorée, elle est totalement exonérées d’impôts sur le revenu et de prélèvements sociaux.

L’Etat majore la rente, entre 12,5 % et 60 % en fonction du conflit, de la date de naissance de l’adhérent et de la date d’attribution du titre d’ancien combattant.

En cas de transmission, la fiscalité de l’assurance vie s’applique.