Ce bateau en coque en bois de 33 mètres, construit en 1916 en Allemagne, va embarquer les blessés pour Plymouth.

L’association Ad Augusta, soutenue par la Fondation d’entreprise Carac, propose un parcours de reconstruction aux militaires, pompiers et gendarmes atteints d’un traumatisme psychique. Les deux objectifs principaux de l’association sont de permettre aux blessés de mesurer leurs propres aptitudes à retravailler dans un cadre temporel défini et de mettre en pratique les connaissances acquises dans une activité porteuse de sens.

Une méthode éprouvée

C’est depuis sa création en 2011 qu’Ad Augusta œuvre afin de développer une méthode singulière autour d’un parcours qui se décompose en trois étapes : l’observation, la participation et l’implication des militaires engagés au sein de l’association. Ad Augusta travaille en lien avec les médecins psychiatres de l’hôpital d’instruction des armées de Brest, qui ont observé des résultats concrets et récurrents de la méthodologie pratiquée.

Un accompagnement au long cours

L’accompagnement des bénévoles de l’association se fait dans la durée. Dans un premier temps, une rencontre est organisée avec les dirigeants d’Ad Augusta. Les blessés sont par la suite conviés à des stages de remise en situation de responsabilité. Lors de cette deuxième étape, les participants se rencontrent, échangent et surtout participent à des exercices cognitifs et comportementaux qui aident à identifier les besoins de chacun. Enfin, un stage d’une semaine en mer, en montagne, ou à la campagne, regroupant une dizaine de blessés d’horizon différents est organisé, pour qu’ils pratiquent leurs acquis. L’étape finale consiste à mettre le blessé en relation avec des organismes professionnels chargés de la réinsertion.